• Maxime Lavoie

Le stress et les glandes surrénales

Updated: Jan 9, 2019

Le stress peut influencer une panoplie de conditions de santé, dont les conditions Neuro-Musculo-Squelettiques causant une panoplie de symptômes.


Le stress et les glandes surrénales


La vie au 21e siècle est remplie de sources de stress: productivité, compétition, performance et rapidité sont mis à l’avant-plan. Le résultat: fatigue, épuisement, difficulté à rattraper votre niveau d’énergie habituel. Dans ce monde au mode de vie effrené, une des conditions les plus prévalentes et malheureusement le moins diagnostiqué est la fatigue des glandes surrénales.

Pourtant, la fatigue surrénalienne est très souvent impliquée et même précurseur dans une panoplie de maladies chroniques à ce jour.


Nous expérimentons tous du stress à différents degrés dans la vie de tous les jours. La quantité de stress et la capacité de votre corps à s’y adapter déterminera comment votre santé et votre bien-être seront affectés.


Nous avons 2 glandes surrénales aussi appelées ¨glandes du stress, car elles sécrètent les hormones (cortisol) et neurotransmetteurs (adrénaline et noradrénaline) reliés au stress. Elles produisent aussi des hormones sexuelles (estrogène, testosterone, etc) et d’autres responsables de l’équilibre électrolytique du corps (aldosterone), et l’hormone anti-âge DHEA.[1]


Toutes ces substances biochimiques contribuent de façon significative à l’équilibre du taux de sucre et de pression sanguine, niveaux d’électrolytes, d’inflammation, système immunitaire, patrons de sommeil, changements d’humeur, reminéralisation osseuse et plus encore!


Les 5 catégories principales de stresseurs pour les surrénales (et le reste du corps) sont:


Structurel: blessure, condition musculosquelettique compromettant l’intégrité du corps


Chimique: déficience nutritionnelle, inflammation, intolérance alimentaires, glycémie, fréquence repas, sucre, caféine, exposition à des toxines environnementales (métaux lourds, xenoestrogènes, cosmétiques, pesticides et autres produits chimiques)


Mental/émotionnel: peur, inquiétude, panique, anxiété, pression, etc


Thermique: températures extrêmes


Radiation électromagnétique (cellulaires, wi-fi, ordinateurs, voitures, appareils électroniques, etc) et autres stresseurs environnementaux tels le bruit et la lumière


Dr Hans Selye, ayant étudié de façon approfondie la réponse au stress, a rapporté 3 phases dans lesquelles le corps réagit au stress dans ce qu’on appelle le Syndrome d’Adaptation Générale.[2]


Phase 1 – Phase d’alarme: le corps répond en réaction ¨fight or flight¨. Cela est généralement considéré comme une adaptiation normale au stress et cause l’augmentation de plusieurs hormones (cortisol et DHEA) à des niveaux qui demeurent normaux. L’adrénaline et la noradrénaline seront aussi augmentées. Ces hormones et neurotransmetteurs sont conçus pour aider le corps à augmenter le rythme et la pression cardiaque; augmentant le rythme respiratoire; amenant le sang hors du tractus digestif vers les muscles et le cerveau permettant à l’individu d’agir rapidement (se sauver) en présence d’un danger/stresseur. Pensez à l’homme des cavernes qui se sauve d’un prédateur sauvage. C’est pourquoi le système surrénalien est conçu, répondre à un stress de courte durée. Le problème est que de nos jours ce système est constamment sollicité, les sources d’exposition au stress étant constantes.


Phase 2 – La phase de résistance: cette phase est incorporée durant et après des périodes prolongées de stress. Ce stade peut être initié suite à un stress qui n’est soit jamais résolu ou après une certaine accumulation de plusieurs stress jour après jour.


Phase 3 – La phase d’épuisement: cette phase est caractérisée par de faibles niveaux de cortisol et DHEA. Essentiellement cela se produit lorsqu’une personne est tellement épuisée qu’elle a perdu la majorité de sa capacité d’adaptation aux stresseurs de toute sorte.


Les conditions, signes et symptômes résultant ou étant exacerbés par des glandes surrénales épuisées vont varier d’individu en individu mais incluent généralement:


Haute ou basse pression artérielle

Déséquilibres de la glycémie, baisse d’énergie avant ou après un repas

Fatigue chronique, dépression, attaques de panique, anxiété

Troubles hormonaux, PMS/Ménopause difficile, Infertilité, Basse libido

Troubles du sommeil, difficulté à se lever/s’endormir, fatigué le matin et en forme le soir

Étourdissements lorsque levé trop vite

Rages de sucre

Rages de sel

Rages de nourriture

Douleurs au dos et/ou au cou

Déshydratation

Rétention d’eau, gonflement du visage, chevilles enflées

Palpitations cardiaques

Fibromyalgie

Désordres de la glande thyroïde

Prises de poids/graisse surtout autour du ventre

Système immunitaire faible

Résistance à l’insuline

Troubles de digestion, constipation

Et la liste continue..!


Une des complications majeures résultant du syndrome de stress surrénalien peu importe le degré réside dans le débalancement de la glycémie car l’un amène l’autre dans un cercle vicieux. La fatigue surrénalienne amène un débalancement de la glycémie et ce même débalancement peut provenir du débalancement des surrénales par de mauvais choix alimentaires.


Il est donc impossible d’adresser les surrénales sans adresser la glycémie et donc l’alimentation et style de vie sont très importants!!


Pour remédier à la fatigue surrénalienne, il est essentiel d’adresser la ou plus souvent les multiples causes de la fatigue d’un individu. En clinique cela se fait à l’aide d’une entrevue rigoureuse et d’un examen clinique complet. Une fois les stresseurs identifiés, il s’agit de retirer ceux-ci et ensuite d’aider le corps à rebâtir ses surrénales souvent à l’aide de produits naturels (herbes, adaptogènes, extraits surrénaliens, homéopathie, suppléments) et l’adoption d’une bonne hygiène de vie. Dans les cas de stresseurs émotionnels, diverses techiniques pourront être utilisées afin de changer la réponse du patient en réponse à une ou plusieurs situations.


N’oubliez jamais que lorsque l’on vit une situation stressante, ce n’est pas autant la situation qui est le ¨problème¨ que le réponse de l’individu à celle-ci!!


Recommandations générales[3]:


À éviter:


Brûler la chandelle par les 2 bouts, se pousser à l'épuisement

Le sucre, la caféine et l'alcool

Autres aliments auxquels vous êtes sensibles

Sauter des repas

Trop d’exercice physique / Pas assez de temps de repos

Rester éveillé tard et "passer son heure"​

S’autocritiquer et être dûr envers soi-même

Ne pas prendre la responsabilité pour sa propre santé

Les gens vous dérobant de votre énergie – relations toxiques

Prendre soins de tout le monde et vouloir s’occuper de tout

Se sentir coupable de prendre soin de soi

Trop se prendre au sérieux


À préconiser:


Prendre le temps, aller à son propre rythme

Manger de la VRAIE nourriture, non transformée et fraîche - style "PALEO"

Ne pas sauter de repas

Se coucher avant 22-23h le soir - jusqu’à 7-8h le matin

Boire suffisamment d’eau (optimalement environ 1L/50lbs de poids corporel)

Prendre la responsabilité de votre propre santé et s’éduquer en lien avec celle-ci

S’entourer de gens ayant à coeur votre bien-être et vous supportant

Prendre soin de vous-même et y trouver votre propre équilibre intérieur et sentiment de paix

Trouver des choses/activités qui vous font rire

Exercice léger à modéré - lorsque vous avez l'énergie pour le faire


En conclusion, si vous suspectez une fatigue surrénalienne, faites-vous évaluer par un professionnel de la santé qui saura vous aider à identifier les causes et les stratégies spécifiques à votre condition en considérant votre réalité individuelle dans l’atteinte de vos objectif de santé!


À votre santé! :)

Dr Maxime Lavoie,

Chiropraticien


[1] Ehrhart-Bornstein M, Hilbers U (June–July 1998). "Neuroendocrine properties of adrenocortical cells.". Horm Metab Res. 30 (6-7): 436–439.

[2] Selye H. Stress in health and disease. Reading, MA: Butterworth, 1976.

[3] Thyroid, Adrenals, & Blood Sugar     ©Copyright 2002,2006-2007 by Dr. Janet Lang: Integrative Health Seminars

Revised 8/28/2007



#stress #glandessurrenales #hormones #21esiecle #neuromusculosquelettique

312 views

LA CLINIQUE

Dr Maxime Lavoie, chiropraticien

1133 boul. St-Joseph Est

Montréal, QC, H2J 1L3

maxime@maximelavoie.ca

514-377-7705

Heures d'ouverture:

M - 9:30 - 17:00

M - 13:00 - 20:00

J - 13:00 - 20:00​

V - 9:30 - 17:00

  • White Facebook Icon

NOUS JOINDRE

© 2019 par Dr Maxime Lavoie, chiropraticien.